BROTCHÎ

Mot curieux qui intrigue toujours les milieux patoisants bien qu’on en perçoive immédiatement l’image. Autre

Mot curieux qui intrigue toujours les milieux patoisants bien qu’on en perçoive immédiatement l’image. Autre chose est. d’en certifier la vraie signification car nous n’avons pu découvrir un équivalent exact en français. Pour Grandgagnage (Dictionnaire Etymologique de la langue wallonne, 1847), Brotchî correspond à jaillir, faire irruption, en parlant d’un liquide, d’une substance pâteuse. Le Dictionnaire liégeois de Jean Haust (1933) donne à Brotchî le sens de jaillir, faire irruption, saillir, faire saillie, en parlant de choses. Pour Léon Pirsoul (Dictionnaire Wallon – Français, dialecte de Namur, 1934) Brotchî signifie regorger en parlant d’un liquide, d’un corps trop comprimé intérieurement dont le « trop plein » doit trouver une issue. Fl. Deprête et Dr R. Nopère (Dictionnaire du wallon du Centre, 1942) attribuent à Brotchî le sens de regorger ou jaillir sous une pression. Ils indiquent aussi BROTCHE, faute, erreur. Dans notre Dictionnaire Aclot français-wallon 1962 il nous a bien fallu nous résoudre à faire figurer Brotchî sous différentes rubriques : GICLER – Fé brotchî l’imeûr d’ène cwachur’ (faire gicler l’humeur d’une blessure) ; Fé brotchî èl djârnon d’in clô (faire gicler le germe d’un clou, furoncle). N.B. On dit aussi « El sang a spité, spritchî « .


Laisser un commentaire