Le calvaire de Montifaut

LES FAITS Lorsqu’en 1798-1799, on mit en vente les biens nationaux, un certain Monsieur Descotte

LES FAITS

Lorsqu’en 1798-1799, on mit en vente les biens nationaux, un certain Monsieur Descotte devint acquéreur de la cave du chapitre anciennement dépendante de l’abbaye, en ce compris l’ancien dortoir.
Celui-ci était orné d’un calvaire, mais devint une remise pour objets de toute nature jusqu’en 1833, époque où le propriétaire se décida de le transformer en salle de danse !!
À cette fin, on le déblaya et M. Descotte donna à son frère, fermier à Montifaut, le fameux calvaire qu’il considérait comme un objet sans grande valeur. Le fermier, par respect pour l’objet religieux, fit construire, sur le bord d’un chemin, près de sa demeure, un abri dans lequel il exposa son calvaire à la vénération des passants.
Or, il se fait que le Christ, personnage principal, admirable entre tous dans le style qui le restitue, fut cédé par M. Descotte à un étranger de passage, pour la somme de sept cents francs.
Vendu à Paris pour la somme de quinze mille francs(!), il orne aujourd’hui la section « Sculptures » du musée du Louvre à Paris.

…………..


Laisser un commentaire