Al ducace dè Bournivau, l’iviêr èsst’ au trau !

— In tout cas, ké boune idéye qu’avez yeû dè m’fé vni sk’à ci, disst-êle.

— In tout cas, ké boune idéye qu’avez yeû dè m’fé vni sk’à ci, disst-êle.
— Ça fét si lonmin què d’n’avoûs pus mis les pids à Bournivau.
Ça ‘m fêt vrémint pléji yè tant d’bi !

Léye, c’est Térése, èm cousine djèrminne – l’avez bin couneü, ‘ndo — què dj’avoûs rlanci pou vni al fièsse aveu mi. Êle est fin binéche dè yèsse là. Êle s’a sintu ‘ne miyète étranjère in arivant — c’est vré, ça ‘s comprind, dèspü ‘l timps qu’èle s’a indalé dè d’ci. Mins, asteûr, èle est d’djà toute ragayärdîye èyè pourtant nos n’d’avons co bû qu’deûs !

On rinconte Pière èt Paûl, Francis yè Rèné (yeüss, djè vos d’in pârlèrai in aute coû, sans ça nos riskons d’yèsse ène miyète long…). Is ont candîf… si-fét ! Nous autes ètou, azâr.. Tout a candji.

……….


Laisser un commentaire