Cloches et carillons.

Le présent article vient en complément de celui écrit par René Pède et édité avec le n° 441 de la revue Rif Tout Dju sous le titre « Les Fondeurs de Cloches nivellois ». Il nous a semblé opportun, en effet, lorsqu’on parle de cloches et de carillons, de parler aussi de leur musique comme de leur langage et de leur fabrication, de quoi faire bénéficier nos lecteurs d’une information complète autant qu’intéressante.

Divisions de l’article :
A. Préambule
B.— La naissance des carillons
C.— Les cloches
D.— Fabrication d’une cloche
E.— Mauvais temps en Europe pour les cloches et les carillons
F— Quelques chiffres actuels & carillons célèbres
G.-— Le carillon de Nivelles
H.— La lignée Sergeys et conclusion
l.— Annexe en forme de poème


A — Préambule
Dans les textes anciens, on ne trouve que deux études approfondies sur les cloches et les carillons situés en
Belgique. Les auteurs en sont Jef Rottiers et Gaston Van Den Beren. Leur publication respective porte le même titre : « Beiaarden in België ».
Ce sont ces documents qui, sauf erreur de notre part, ont toujours servi de base aux multiples publications descriptives ultérieures.

………..

» El cariyon « (DEWANDELAER  Franz)             

El brune a tchaû ; l’martchi s’fét moûrt.
El vint fét bèrloki l’z-ardwèses.
El coq a l’ér d’in boket d’oûr
Què l’nût’ a dins sès-ètricwèses.

Les fèrnièsses ont séré leûs-Îs.
El bèle a scarmoté s’lum’rote.
0 vwêt co, dins l’souye du stwèli,
Sacants tchape-soris toûrner sotes…

 ……..


Laisser un commentaire