Coin du dialecte aclot : Bobonne, poème en forme de chanson

Un inédit, apparemment, de Raphaël DELCOURT, à faire pâlir un certain Jean-Jacques C., lequel devrait

Un inédit, apparemment, de Raphaël DELCOURT, à faire pâlir un certain Jean-Jacques C., lequel devrait s’empresser de le comptabiliser dans son extraordinaire essai d’anthologie des textes aclots. À charge de revanche…
Ce poème en forme de chanson a vu le jour pour la Sainte-Barbe fêtée aux Papeteries Delcroix en décembre 1961 – Le texte est dédié à une femme heureuse, à une mère vaillante entre toutes devenue jeune grand-mère cette-année-là, grâce à Pierre, son petit-fils, lui qui n’est autre que le fils de Raymond Goemans.

Djè n’sais si djouzrous couminchî
À tchanter çu què d’va vos dire.
Après tout dj’n’ai rî à muchî
Pusquè c’est seül’mint pou fé rire.
Chaque annéy!’ djè chwèzi n’saki,
In personnâdj’ pou m’tchansonète,
C’coup çi dj’sus tcheù su n’violète
Qu’on lomme dèspus -cîk mwès dèd!çi

…………..


Laisser un commentaire