Fin de parcours pour les Etablissements Vanderborght

INTRODUCTION Il fallait s’y attendre : le complexe de bâtiments industriels situé juste au-delà de

INTRODUCTION

Il fallait s’y attendre : le complexe de bâtiments industriels situé juste au-delà de l’ancien passage à niveau du haut de la rue de Namur vient de connaître ses derniers moments d’existence.
Il est venu à l’idée de Robert BEAUJEAN, l’un de nos collaborateurs assidus et précieux, d’en retracer sans plus attendre l’histoire, plutôt complexe au demeurant, en soulignant le fait que la maison portant le numéro 9 du faubourg de Namur, a été une des composantes essentielles de l’ancienne fabrique de papiers peints, au nom commercial peu connu des Aclots, à savoir « ARTES », mais mieux identifiée puisque confiée à la famille VANDERBORGHT.
Un mot donc sur cette demeure, un autre sur l’usine et un dernier sur l’un des plus illustres membre du personnel, à savoir l’artiste Edgard TYTGAT, peintre de renommée au moins belge, responsable, comme vous allez le redécouvrir, du département création et dessin des motifs des divers papiers peints. La parole, sans plus attendre, à l’auteur de l’article.

…………..

Edgard Tytgat
En 1879, son père, lithographe, quitte Bruges pour Bruxelles. C’est dans cette dernière ville que naquit son fils Edgard, le 28/04/1879, dans une demeure sise rue du Lavoir. Il sera le cinquième enfant du couple qui en comptera jusqu’à sept. En 1881, son père s’installe à nouveau à Bruges jusqu’en 1888, année où il fera son retour à Bruxelles. De 1893 à 1895, Edgard sera apprenti horloger. Bientôt, il exprima le désir de travailler avec son père, lequel exerçait le métier d’imprimeur lithographe et graveur en taille-douce dans son propre atelier. Edgard est donc engagé comme apprenti chargé de sélectionner les couleurs pour l’impression. Edgard habitant Bruxelles, sa mère l’inscrivit à l’Académie des Beaux-Arts, et cela à l’insu de son mari. En 1900, Edgard quitte le noyau familial et s’installe rue Royale, à son compte. A noter que, faute d’argent pour s’acquitter de son premier loyer, il donnera une de ses oeuvres en échange au propriétaire. A partir de ce moment, sa peinture et son travail seront influencés par ses souvenirs de jeunesse.

…………..


Laisser un commentaire