Florence PAUL, » En vie de bonne heure «

Une écriture toute en souplesse, magnifique d’aisance, sans la moindre raideur. Une langue riche, harmonieuse

Une écriture toute en souplesse, magnifique d’aisance, sans la moindre raideur. Une langue riche, harmonieuse dans sa simplicité, souvent musicale, poétique. Florence Paul, dans son recueil de nouvelles En vie de bonne heure, fait preuve d’une grande maîtrise de la plume et se place, dès cette première parution, parmi les écrivains de haut talent.

Le jury du Concours Ex-Libris, en lui attribuant le Prix en 2010, ne s’est pas trompé : cette écrivaine possède un art d’écrire que le lecteur aimerait retrouver plus souvent, ne serait-ce que pour la concision de son style et sa simplicité, dans les livres qui se pressent en foule aux devantures de toutes librairies. Pour son style empreint d’une belle noblesse, ce recueil se laisse lire sans le moindre ennui et ne cesse de charmer le lecteur pour les quiproquos que l’auteur multiplie, comme en se jouant, dans les huit récits qu’il nous offre : quiproquo d’amour, d’amitié…, situations qui présentent en même temps des sens différents, selon que l’on est acteurs ou lecteurs. Vous aimez de sourire, vous cherchez la tendresse, vous adorez le jeu de cache-cache, « les petits airs de printemps dans votre cœur » ? Laissez-vous prendre par l’émotion qui vibre dans celui des personnages et qui ne demande qu’à gagner le vôtre.

……….


Laisser un commentaire