Histoire de jonquilles

Texte en français écrit par Jeanine LIENARD, traduit en aclot par A-M VERMEERSCH, les photos

Auteur : LIENARD Jeanine et VERMEERSCH Anne-Marie

Texte en français écrit par Jeanine LIENARD, traduit en aclot par A-M VERMEERSCH, les photos étant de J-CL LIENARD

Audjoürdu, c’esst in grand djoû ! Nos dalons à tchambouréyes au bo du Spluc, èyè ça, toute èle djournéye !
D’no mézo qu’esst au Bd des Arbaléstriés, nos avons djusse à monter ‘l tiène sint Rock, èy’ c’est foûrt dûr pou nos ptitès djambes. Après ‘1 cripè, nous, (moman, Titi-Jean-Claude- èyè Jani -mi) deskindons èl tchèmin « Vas-y-vir », nos trèvièrsons èl pavéye d’Hal avè ses gros cayaus !, nos kitons ‘1 vile, èvé, « vife èl campagne dè Nivèle , vife èl libèrté ».
Asteür, nos avons tchamp lib’, nos povons couri, criyi èyè fé les 400 coûs ! Mins maleûr à nous, nos dvons chüre ène drole dé pièsinte, ène casse !, qui londje èl « Mêtal [La Brugeoise et Nivelles].
À no gauche, il a in waut trèyi, inroudjf qui desfind l’intréye au chatau d’eau. On s’sint vrémint au stwêt, spotchi
pa les ârbusses èyè les ronches qui rüwont su nous-autes èy qu’asproûvont dè nos rastèni èyau dzeür du martchi
grawont à dik’-êt-daye nos djambes èyè nos bras.
Djè n’vwès ni” volti ès tchèmin-là, qu’est sombe maugré ‘l bia solèy.
O, man ! Ene tcambouréye ! Ene pètite tchambouréye ! Mièr seüle sul tère toute frèche.
Bi » waye ! C’est ‘s pièsinte-là qui min.ne au bo du Spluc!

…………..

Aujourd’hui, c’est un grand jour, nous passerons toute la journée au bois du Saint Sépulcre.
Du boulevard des Arbaletriers, il suffit de monter le « mont Saint Roch », c’est dur pour les petites jambes. Après Maman, Titi (Jean-Claude) et Jany descendent le chemin Vas-y-Vir, traversent la route à pavés « la Pavée d’Hal ». On quitte la ville , vive la campagne !, vive la liberté de courir et de crier !
Mais avant cela !.. Il faut suivre un sentier bizarre qui longe la métallurgique de Nivelles. Sur la gauche, il y a un haut treillis un peu rouillé qui interdit le passage vers le château d’eau. À cet endroit, on se sent à l’étroit, car de l’autre côté, les arbustes et les ronces se resserrent. Ils essayent de nous retenir et nous griffent les jambes et les bras. Jany (je) n’aime pas cet endroit si sombre malgré le beau soleil !
Oh ! Une Jonquille, une petite jonquille perdue sur le sol humide.
Et ! Oui ! Ce sentier mène au bois .

…………..


Laisser un commentaire