La maison dite « des 12 Apôtres »

Lorsque l’on emprunte la rue des Brasseurs venant de la place du Hautbergeon, l’on remarque

Lorsque l’on emprunte la rue des Brasseurs venant de la place du Hautbergeon, l’on remarque tout de suite, à gauche, une porte cochère surmontée d’une pierre sur laquelle se devine une scène sculptée dans la pierre et reprenant le Christ portant sa croix. C’était l’entrée de ce que l’on appelait autrefois « La Maison des Douze Apôtres ». L’on parle aussi de « Bonne Maison de la Charité », appellation donnée en fin de XVIIIe siècle, ou encore «Maison du Champ Retiré». En voici l’origine :





« L’érection de la maison de douze apôtres, appelée communément la Charité, est une des anciennes fondations de cette ville. En l’an 1260, un bourgeois, échevin de Nivelles, dont le nom était Mathieu Kietoul, fonda la dite maison de tous ses revenus, et en remit l’administration entre les mains de la Dame abbesse, pour lors Ode de Lays ; mais dans la suite, les abbesses ne voulant plus se mêler des soins de cette administration, et le Chapitre refusant d’en prendre la direction, elles s’en déchargèrent et la mirent entre les mains des rentiers et jurés de la ville, se retenant cependant la collation des deux bénéfices annexés a la chapelle de Willambroux

……….


Laisser un commentaire