La résistance durant la guerre

Nous vous relatons ici un des aspects de la résistance durant la « Grande Guerre

Auteur : LECOCQ Georges et DEWANDELAER Yvan

Nous vous relatons ici un des aspects de la résistance durant la « Grande Guerre ». Il s’agissait moins de sabotage que d’actions de renseignements au profit des alliés, un rôle qui fut déterminant pour l’issue de ce conflit mondial. Nous nous sommes attardés principalement sur l’action du réseau appelé « La Dame Blanche » qui fut l’un des plus efficaces et des mieux structurés de cette guerre.


Le précurseur
Dès le 2 août 1914 l’Allemagne, en violant la neutralité de la Belgique, provoqua une farouche volonté de résistance dans toutes les classes sociales et politiques du pays.
Les atrocités commises par l’envahisseur alimentèrent la détermination des populations occupées. Mais il n’y eut pas vraiment de résistance armée comme ce sera le cas durant la deuxième guerre mondiale. A l’exception de l’élimination de quelques traîtres et collaborateurs, la résistance belge s’est principalement cantonnée dans la fourniture de renseignements stratégiques qui furent hautement appréciés par les forces alliées.

Quelques personnalités se sont manifestées ouvertement à l’époque, telles le bourgmestre Adolphe Max, le cardinal Mercier et Henri Pirenne (ce dernier ayant subi une longue déportation).
La presse clandestine, très abondante, fut également une première forme de résistance de même que plus tard, l’organisation de filières d’évasions pour les soldats alliés et les milliers de jeunes qui tentèrent de rejoindre le
front de l’Yser via la Hollande restée neutre…….

…………..


Laisser un commentaire