L’assassinat du » Bon Dieu qui croque » – l’affaire Duran… en juin 1944

C’est ainsi que l’hebdomadaire régional « Les Nouvelles brabançonnes » intitula cette affaire criminelle dans

C’est ainsi que l’hebdomadaire régional « Les Nouvelles brabançonnes » intitula cette affaire criminelle dans son article publié le 20 janvier 1946.
Affaire qui s’était déroulée à la limite du territoire de Nivelles, pas loin de la chapelle surnommée « Le Bon Dieu qui croque ». Dénommée ainsi à cause du grincement que ses grilles faisaient par grand vent.
Pour la justice, il s’agissait, plus simplement, de l’affaire Duran, du nom de la victime de cet odieux assassinat.


Franz Dewandelaer, qui rédigeait le compte rendu de ce drame pour « les Nouvelles brabançonnes » a déployé toute son imagination pour reconstituer les faits. Voici quelques extraits de son récit.

« La géographie de cette affaire est assez compliquée. La ferme Duran [actuellement devenue Domaine Smette] est située sur le territoire de Haut-lttre. À peu de distance, c’est la limite de la commune de Nivelles. C’est non loin de là que se trouve la fameuse chapelle du « Bon Dieu qui croque »

……..


Laisser un commentaire