Le français tel qu’on l’emploie ou l’invente tous les jours

Cette rubrique me tient à cœur, vous l’aurez déjà constaté à de multiples reprises, mais

Cette rubrique me tient à cœur, vous l’aurez déjà constaté à de multiples reprises, mais elle est, quitte à me répéter, l’indice formel que notre belle langue de Molière bouge, veut bouger surtout, n’en déplaise aux Académiciens souvent en retard d’au moins deux guerres.

Encore qu’il faille être circonspect car l’exagération existe en tout, en ce compris dans notre langue de tous les jours. Appel est fait dès maintenant à toutes celles et ceux qu’un néologisme, quel qu’il soit, n’effraie en aucune façon A noter que les « dérives » à partir de termes anglais brillent par leur absence, car nous nous refusons de recourir au sacro-saint « copier-coller », source d’imprécision.

A vos plumes, car moi, je m’y suis déjà mis

…………..


Laisser un commentaire