Le jeu de balle

Nous avions à peine l’édition en mains qu’atterrissait sur notre vaste bureau un article signé

Nous avions à peine l’édition en mains qu’atterrissait sur notre vaste bureau un article signé par « Clipotia », alias Léon Petit, ingénieur à la SNCV, journaliste-écrivain à ses heures et l’un des fondateurs du journal « L’Aclot ». L’article que nous reproduisons à la page précédente est paru dans l’Aclot du 26 mars 1890 et devrait apporter quelques données supplémentaires sur l’implantation du jeu de balle à Nivelles. À vous de juger.

La place Saint-Paul, témoin pendant si longtemps de luttes prolongées et captivantes, reste aujourd’hui morne et déserte ; les longues lignes de pavés blancs traçant les limites invariables sont là pour nous rappeler l’animation des anciens jours, et le jeu de balle, l’ancien, n’est plus qu’un souvenir. Elles furent cependant bien suivies ces luttes dont l’issue tenait en éveil un nombreux public pendant de longs mois. Il me semble encore voir ces rangs serrés de spectateurs se pressant contre les clôtures en cordes, et cette tente à la toile multicolore qui se dressait vis-à-vis des cloîtres et servait d’abri à la commission ; il me semble encore entendre les applaudissements nombreux et nourris qui à chaque instant acclamaient les lutteurs.

……….


Laisser un commentaire