Les vétérinaires militaires durant la guerre 1914-18

En temps de guerre, que l’on soit en Belgique, en France ou dans un autre

En temps de guerre, que l’on soit en Belgique, en France ou dans un autre pays, la mission dévolue aux vétérinaires militaires fut fort semblable. A savoir assurer au mieux et en temps utile l’approvisionnement à la fois en armement et en ravitaillement sans oublier les déplacements entre sites de bataille, le tout sur un terrain incertain si pas à la limite de la praticabilité, inondations obligent.

Or, la Belgique, n’ayant pu résister longtemps à l’invasion allemande, va se voir presque entièrement occupée, au fameux « réduit national » près. Nous allons donc devoir nous intéresser plutôt à ce qui s’est passé en France et à l’approche du réduit durant les quatre longues années de conflit statique sous la forme, ingrate entre toutes, de guerre de tranchées.

Cette fois, nous allons quitter la condition humaine, celle des soldats en priorité, pour nous pencher sur le sort des animaux, si utiles et utilisés, dont 2.755.000 seront amenés, bien malgré eux, à participer aux diverses phases du conflit. A noter qu’à la fi n des hostilités, on en arriva à totaliser plus de 1.140.000 chevaux laissés pour morts, ce qui n’est pas rien…

…………..


Laisser un commentaire