Mëchnâdje 549

Avè Michel Pourtois èyè co d’z autes scrîjeûs L’ôroscope Marijane èsst-in trin d’lîre l’ôroscope :

Auteur : Pourtois Michel …. et d’autres

Avè Michel Pourtois èyè co d’z autes scrîjeûs

L’ôroscope

Marijane èsst-in trin d’lîre l’ôroscope :
Ô, ça adon ! c’est vrémint bièsse, in, disst-èle tout waut, ça, c’est pon d’chance !
– Qu’est-ce qu’il a ? dèmande José, ès n-ome.
È bin , si ’l diâle n’est nin d’dins… à l’après d’deûs djoûs… waye, si-fét, si vos ârîz vnu au monde deûs djoûs pus târd, vos ârîz sté intèlijent, amitieû èyè fin d’èsprit !

Marianne est occupée à lire l’horoscope :
– Oh, ça alors ! c’est vraiment bête, dit-elle tout haut, ça c’est pas de chance !
– Qu’y a-t-il ? demande José, son mari.
Eh bien ce n’est pas à croire… à deux jours près… oui, en effet, si tu étais né deux jours plus tard, tu aurais été intelligent, amitieux et fin d’esprit.
(M.Pourtois)

 Pokèr

Èl tèlèfone soune dèlé ’l docteûr. L’ome dèscroche. C’èsst-in confrére qui l’dèmande èyè dit :
– Vènez, on a dandjî d’in katième pou djouwer à cârtes (au pokèr, qu’is djouwons, mes omes).
– Dj’arife, djè srai là dins dî munutes, au pus râde.
– C’est grâve ? qu’èle dèmande Florentine, ès feume.
– C’est foûrt grâve… il a d’dja twès mèdcins su place !

Le téléphone sonne chez le docteur. L’homme décroche. C’est un confrère qui le demande et dit :
– Venez, on a besoin d’un quatrième pour jouer aux cartes (au poker, qu’ils jouent, mes gaillards)– J’arrive, je serai là dans dix minutes, au plus vite. – C’est grave ? demande Florentine, son épouse.
– C’est très grave… ils sont déjà trois médecins sur place.
(M.Pourtois)


Laisser un commentaire