Mëchnâdje 550

Infarctus Mariète (sèptante èt des ans) fét ’s martchi. In face dè l’Union, èle tchét

Auteur : POURTOIS Michel …. et d’autres

Infarctus

Mariète (sèptante èt des ans) fét ’s martchi. In face dè l’Union, èle tchét su ’ne vièye counichance, Mèlanîye (dins les septante ètou). – Comint dalez, on, Mèlanîye ? – Ô, Maria dèyî, nin foûrt, cè, ’m fîye … djè n’ai pupon d’idéye pou rin du tout, djè vins d’pièrde èm n-ome ! – Â, èyè qu’est-c’qu’il a yeû ? – Èn’ mè d’in pârlez nin ! D’l’avoûs invoyî sk’au fond du djârdin rsatchî sacans carotes èyè des porias pou mi fé dèl soupe. Il a dvu fé in infractus, azâr. Djè l’ai rtrouvé stindu à têre au plin mitan dèl pièsinte. Dj’ai aplé l’ambulance : ç’astoût d’djà trop târd, quand is sonsst ́ arivés, i stoût moûrt. – Ô mon Dieu ! On est wére dè choûze… èyè qu’avez fét adon ? – Des macaronis !

Mariette, dans les septante ans, fait son marché. En face de l’Union, elle rencontre une vieille connaissance Mélanie, dans les septante aussi. – Comment allez-vous donc, Mélanie ? – Oh, bonne sainte vierge, pas très bien, savez-vous… je n’ai plus de bonnes idées pour rien, je viens de perdre mon mari ! – Ah, et que lui est-il arrivé ? – Ne m’en parlez pas ! Je l’avais envoyé au fond du jardin retirer quelques carottes et des poireaux pour faire ma soupe. Il a dû faire un infarctus, probablement. Je l’ai trouvé étendu à terre au milieu du sentier. J’ai appelé l’ambulance : c’était déjà trop tard quand ils sont arrivés, il était mort. – Oh, mon Dieu ! On est peu de chose… et qu’avez-vous fait alors ? – Des macaronis !

……..


Laisser un commentaire