Poésie sur les « Djîle »

EI djoû s’a skeüwi avè les roûlmints des tambour », Du trèfond dè nos pisintes à

EI djoû s’a skeüwi avè les roûlmints des tambour »,
Du trèfond dè nos pisintes à les kate cwins du martchi,
Les Djiles sè rachènont, ène toute pêtite larme dins les îs,
Rinvèyant à coûps d’késse,les ruwèles yè les faubour’.

Rcrèssis come des dieüs antikes, avè leüs bosses boürdéyes d’oûr,
Les Rwès du carnèvâl vont s’indaler, fins bias, tous fièrs,
Grâce al cadence dè leüs chabots, nos cachf voyel’ivièr,
Djalousés pa no vi Djan.. clawé al coupète d’ès toûr.

…………..


Laisser un commentaire