Poésie

SEPARES Je ne me souviens plus de ton visage mais de la plénitude de ta

SEPARES

Je ne me souviens plus de ton visage
mais de la plénitude de ta présence
On te disait blonde à belles boucles
et nous étions inséparables à ce qu’on dit
On ne nous entendait pas
Nous étions discrets et souriants
Nos parents s’amusaient de notre connivence
mais que pouvaient-ils savoir de nos cœurs
ces trésors inviolés
ces incandescences tombées du ciel
dans nos petits corps


Un jour tu as quitté l’école

…………..



Laisser un commentaire