Poésies : Rêverie matinale – Un tour en barque – Les p’tites madames

Rêverie matinaleMes poèmes sur l’eau sont empreints de profondeur. Alors que je me sens à

Auteur : GODEAU Georges et DEWANDELAER Franz

Rêverie matinale
Mes poèmes sur l’eau sont empreints de profondeur.
Alors que je me sens à l’aise à vingt mètres de hauteur, en porte-à-faux sur une branche qui bouge, je suis effarouché, pris de panique, si dans l’eau mes pieds ne touchent pas le fond.
Pourtant, je peux nager, mais uniquement pour assurer ma survie. Si je devais sauter à l’eau pour sauver quelqu’un, il y aurait deux victimes.
L’eau me fascine et me fait peur. Les esquifs que je dessine glissent lentement sans créer des remous dérangeants.
……….

Un tour en barque
Georges et Claudine sont heureux. Ils chantent à porte-voix. Des oiseaux s’envolent, d’autres s’en étonnent sans bouger plus que le cou, qu’ils tordent de droite à gauche avec un air ahuri.
Le ciel est limpide
La nature fait la sieste
Embarqués en fin d’après-midi, leur barque glisse sur l’onde paresseuse d’une large rivière.
Le gamin, assis au milieu de l’embarcation manie les rames comme un professionnel. A l’arrière, lui faisant face, la demoiselle blonde et indolente, les jambes repliées sur la banquette, laisse glisser le bout des doigts dans l’eau.
……….

Les p’tites madames
Twè-quart des djounes fies qui s’ mariont
A leu galant n’ont seu dire « non »
Dija d’avant l’ mairie,
Elles rabraus’ nont leu dire « si fait… »
L’restant dè s” vie.

Leu n’homme c’est toudi leu colau
Ses tchausettes n’ont jamais ieu d’trau
.… première sémaine.
Quinch’ djoûs pus tard i d’ vy rondgeant
Yè ses tchausettes s’in vont bauyant
Après dè l’ laine.
……….

……..

Laisser un commentaire