Pourtoisies 525

Jèrard dèskind les poubeles Come chake djeudi, Jèrârd dèskind mète les poubèles sul rûwe. Arivé

Jèrard dèskind les poubeles

Come chake djeudi, Jèrârd dèskind mète les poubèles sul rûwe. Arivé au deûzième ètâje, vlà qu’Verjinîye, ès l’apèle. Ele est co in pingnwêr.
– « Dj’ai in ptit problèm’ avè ‘l lampe de ‘m sale de bain >> disst -èle.
Dins des cas parey’, vos n’sârîz trouver pus complésant qu’ Jèrârd. I rinte yè candje l’ampoule. Pou l’èrmèrciyî, Verjinive li vièrse ène petite goute… Faloût bin ‘s ratinde à ça, ‘ndo: èl pingnwêr tchét à têre, op, dins ‘l tchambe, prélûdes, post prélûdes … re-prélûdes … et tout ça.
Deûs eûres après, rétaméye come jamé, Verjinîye dit à Jérârd: – « Ou la laaa, Jèrârd … Kè daler indvinter à vo coumère ? »
– « Bin, d’va tout li dîre, endo, pon d’problèm’ avè ça … mins, n’âriz nin, par azâr, du bleû à paupière, c’est djusse pou mète à mes dwèts ? »
Ene miyète surprije toulminme, no Ninîye li rpasse du bleû à paupière yè l’èrwete s’indaler, tout rèyus’. I monte sk’au katième.
Arivé in waut, Andréye,ès feume, lè ratind su ‘l palié.
-« Deûs eûres pou vûdi les poubèles !? » disst-èle
– « Waye, bin vlà, disst-i Jèrârd, franbatant, Verjinîye du deûzième m’a aplé pou rfé ‘l lampe dè’s sale de bain, dj’ai candjî l’ampoule, èle m’a sièrvi in ptit pèkét, és pingnwêr s’a dèsfét, nos stont voye dins ‘s tchambe yè nos avons bouté ‘ne pârte à deus … ».
Es feume atrape ès mangn yè li lance :
– « C’est nin les pin.nes dè minti, vos m’ pèrdez pou ‘ne sote, azâr ! Djè vwès bin qu’vos avez co stez djeuwer au biyâr avè vos cousses !»

Jinete va au jinéciloke

– « Docteûr, disst-èle, djè vins vos vîr paskè d’n’arife nin à au fèt, awwer d’étant … »
– « Nos dalons vir ça » disst-i ‘l docteûr. « Dèsbiyîz-vous, s’i vos plét ».

…………..


Laisser un commentaire