Pourtoisies 536

À mobilète. Toute èl famîye Dubos est rachnéye alintoûr dèl tâbe pou ’l souper. Èl

À mobilète.

Toute èl famîye Dubos est rachnéye alintoûr dèl tâbe pou ’l souper. Èl pètite Candice, toute nayife, dèmande à ’s papa :
– ‘’ Papounèt, poukè-ce què vos stez toudi tout roudje, on ? ’’
– ‘’ Eûûû, è bin, eûû …c’est què …viyez, c’est l’èsté, y’à mobilète, on ramasse co facîlmint des coûps d’solèy’, compèrdez. ‘’ disst-i l’ome, contrariyé.
– ‘’ Waye, papa, mins d’l’uviér, vos astîz tout roudje ètou ! ‘’
– ‘’ È bin, waye, fi fîye, mins d’l’uviér, i fét fwèd à mobilète, y’avè ’l vitèsse ça vos fét ’l pia toute roudje … ‘’ Èmilîye, èl maman, tchît des gayoles dè crèsse in intindant les èsplicâsions dè ’s n-ome : èle vos apisse èl boutèy dè Pastis yè l’èrfi le à ’l gamine :
– ‘’ Tènez, m’fîye, passez ’l mobilète à vo pére ! ‘’

Au feu roudje

Candice – qu’est co pus blonde platine què Marilyn Monroe – vint d’passer ’l feu au roudje. …
Police.
– ‘’ … si dj’n’ai nin rmarkî ’l feu roudje ? – Eû … non … Poukè… i n’est nin ’l minme què les autes ?

……….


Laisser un commentaire