Pourtoisies 538

Bèrnârd à l’Union Bèrnârd rinte au ‘’Café d’l’Union’’. L’ome est d’dja bin kèrtchî, co in

Bèrnârd à l’Union


Bèrnârd rinte au ‘’Café d’l’Union’’.
L’ome est d’dja bin kèrtchî, co in coû.
Il èrmarke ène bèle pètite coumère achîse miér seûle à ’ne tâbe …
Wop ! I va dwèt su léye yè, sins fé ni yeune ni deûs, dè dière, il rimbrasse su ’s machèle.
Nom dèzo … ! Èl djoûne pikète s’èrtoûrne, èm fi , yè èle li scorîye yeune dè ces bafes què vos d’atraprîz in torticolis.
Bèrnârd s’èrprind yè cache dè s’èscuser :
‘’ ‘Scuséz-’m, èm fîye, djè sûs dèsbauchî, savè, mins d’padière, dj’ai pinsé qu’vos astîz ’m feume!
C’est vré, dè drî, dinsi, vos li rchènez come deûs goutes d’iau… ‘’
‘’ Èspèce d’abruti, boun à rin , vos n’astez qu’ène minâbe grosse soûléye … ‘’
‘’ À… ça c’est drole, in, paskè dè pa-dvant ètou, vos dvisez nèt’ t’à fét ’l minme què léye ! ‘’

Bernard à l’Union

Bernard entre au ‘’Café de l’Union ‘’ Il est déjà bien éméché, encore une fois. Il remarque une jolie petite dame, assise toute seule à une table. Wop ! Il va droit sur elle et, sans faire ni une ni deux, par derrière, il l’embrasse sur la joue. Nom d’une pipe ! La jeune personne ayant vivement pris la mouche se retourne, mon gars, et lui retourne une de ces baffes à en attraper un torticolis. Bernard se reprend et tente de s’excuser : ‘’Excusez-moi, ma fi lle, je suis désolé, savez-vous, mais de derrière j’ai cru que vous étiez ma femme : c’est vrai, de derrière, ainsi, vous lui ressemblez comme deux gouttes d’eau … ‘’ ‘’ Espèce d’abruti, bon à rien, vous n’êtes qu’un sale ivrogne minable de…’’ ‘’ Ah, ça c’est drôle, hein, parce que, par devant aussi, vous parlez tout à fait comme elle ! ‘’

…..


Laisser un commentaire