Pourtoisies – 545

Al police Èl comissére fét passer in ègzamin à twès djounes feumes – des blondes

Al police

Èl comissére fét passer in ègzamin à twès djounes feumes – des blondes – qui voûrine bin rintrer al police. Il èrwéte èl promière qui s’amin.ne padvant li. Il li mousse ène foto :
– Èrwétîz bin ’l foto, pindant trinte sècondes : l’ome qu’est dsu est louche, c’èsst-in suspèct, vos m’dîrez comint-ce què vos l’èrcounètrîz dins ’l rûwe
– Facîle, qu’èle rèspond ’l blonde, i n’a qu’ène orèye ! Èl visâdje du comissére est d´djà tout dèsfét :
– C’est normal, i n’a qu’ène orèye sul foto pask’il est prins d’crèsse !
I s’èrtoûrne dèssu ’l deûzième blonde. Minme foto, minme kèstion.
– Facîle, i n’a qu’ène orèye ! qu’èle li rèspond.
Èl comissére couminche dèdjà à s’énèrver :
– C’est normal qu’i n’a qu’ène orèye, nom di diâle, il est prins d’crèsse !
I s’èrtoûrne dèssu ’l twèzième :
– Rèflèchissez bin dèvant d’soûrti ’ne bièstrîye, in ! Comint-ce què vos rcounètrîz no suspèct dins ’l rûwe ? Èl blondinète rèflèchit in avé :
– Facîle, il a des lentîyes d’contact !
Èl comissére, qui n’astoût nin au courant d’ça, va vîr dins ’l dossier pou vèrifyî si c’est djusse. Èyè, come dè fèt´, l’ome a des lentîyes d’contact. Tout paf, i s’èrtoûrne dèssu ’l fîye :
– Comint savez qu’il a des lentîyes d’contact ?
– Facîle, èn´do, disst-èle, avè rin qu’ène orèye, comint volez qu’i mète des bèrlikes, on !

À la police.

Le commissaire fait passer un examen à trois jeunes femmes – des blondes – qui voudraient bien rentrer à la police. Il regarde la première qui s’avance devant lui. Il lui montre une photo :
– Regardez bien la photo pendant trente secondes : l’homme qui est dessus est louche, c’est un suspect, vous me direz comment vous le reconnaîtriez en rue.
– C’est facile qu’elle répond la blonde, il n’a qu’une oreille ! Le visage du commissaire est déjà tout défait :
– C’est normal, il n’a qu’une oreille sur la photo parce qu’il est pris de côté !
Il se retourne vers la deuxième blonde. Même photo, même question.
– C’est facile, il n’a qu’une oreille ! qu’elle lui répond.
Le commissaire commence à s’énerver :
– C’est normal qu’il n’ait qu’une oreille, nom d’une pipe, il est pris de côté !
Il se retourne vers la troisième :
– Réfléchissez bien avant de dire une bêtise ! Comment reconnaîtriez-vous notre suspect dans la rue ?
La blondinette réfléchit un peu : C’est facile, il a des lentilles de contact !
Le commissaire, qui n’était pas au courant de ça, va voir dans le dossier pour vérifier si c’est exact. Et comme de juste, l’homme porte des lentilles de contact. Tout étonné, il se retourne vers la demoiselle :
– Comment savez-vous qu’il porte des lentilles de contact ?
– C’est facile voyons, dit-elle, avec rien qu’une oreille comment voulez-vous qu’il porte des lunettes !

……….


Laisser un commentaire