Retour à Saintes

A Saintes, en ces premiers jours de juillet 1970, le soleil fait chanter les pierres.

A Saintes, en ces premiers jours de juillet 1970, le soleil fait chanter les pierres. Je me souviens de mon premier contact avec la ville et j’ai plaisir à refaire, en pensée, à bord du « Bernard Palissy », la lente navigation qui, de là, au fil de la Charente, m’a conduit jusqu’à Cognac. J’ai quitté le quai proche de la Place Bassompierre d’assez bonne heure et j’ai vu s’éloigner la tour massive de la cathédrale Saint-Pierre. Cette tour, je l’ai retrouvée à la nuit.
Suivant les méandres de la rivière, la vedette avait l’air de la perdre, puis de la retrouver avant de la laisser fuir à nouveau. Les faisceaux lumineux des projecteurs l’isolaient, la réédifiaient au sein des ténèbres, paraissaient en rajeunir les sculptures tout en conférant aux pierres, des tonalités de rêve, verdâtres et bleutées.

C’était beau, cette cathédrale émergeant au-dessus de la cité engloutie !

……..


Laisser un commentaire