Si on ascoûtoût l’Vi

SUITE – 1, toujours avec la complicité de Christian DUBOIS Grand pârleû, grand minteû. Lès

SUITE – 1, toujours avec la complicité de Christian DUBOIS

Grand pârleû, grand minteû.
Lès tonias vûd´ sounont pus foûr què lès plins.
Lès grands gueûlauds n’ont jamés tuwé pèrsone.
Èl langue n’a poun d’ochats, on l’toûrne come on vût.
I vaut mèyeû in coûp d’lance, qu’in coûp d’langue, ça fé pus mau, mins ça s’èrfé pus râde.
I n’a nîn si long djoû qui n’vène a l’nût´.
Èl nût´ poûrte consèye.
Arègne du matin, ardjint, arègne dè midi, souci, arègne du swèr´, (grand) èspwêr.
Quand i fé nût´ pou lès arondes, i fé nût´ pou lès lum’çons.
Par nût´, tous lès tchas sont gris.
Èl syince conciste a fé n’saquè avè pau d’choûze.
Rî c’èst rîn , mins pau d’choûze fé du bî.
C’èst avè poun d’imbara què pu mau a tcheud dins l’iau.
Quand l’misére inte pa l’uche, l’amour s’in va pa l’tchèminéye.
Doner dès consèyes a in sot, c’èst l’minme parèye què si on savonoût in négue pou l’avwèr blanc.

…………..


Laisser un commentaire