Sur le temps qu’il va faire

Traduit littéralement du Wallon En lisant ces lignes, il en est qui vont se figurer

Traduit littéralement du Wallon

En lisant ces lignes, il en est qui vont se figurer que je vais faire la même chose que Mathieu Laensberg ou Mathieu de la Drône, et leur dire ce que le temps sera, en suivant, jour par jour, l’ordre du calendrier, depuis le nouvel an jusqu’à la Saint-Sylvestre.
Je laisse à ces deux personnages l’honneur de s’être trompés plus souvent que le diable ne… siffle.

…….

…. mais comme j’exerce un métier qui ne me permet pas de me laisser mordre par le chien blanc, que de l’aube à la brune, j’ai le temps d’étudier les astres en surveillant mes moutons et en tricotant mes moufles, je vais tenter de montrer combien il est aisé de deviner quel temps il va faire.

Si la fantaisie vous prend d’aller vous promener du côté du Hameau des Haies ou du côté des chasses de Monstreux, et si, de là vous entendez le bruit que font les carriers d’Arquennes ou de Feluy en brisant leurs pierres, vous serez certain qu’il pleuvra sans interruption.

Si, lorsque vous êtes aux champs, vous entendez la sirène des carrières ou les cloches de Monstreux, il est probable qu’avant deux jours, il en tombera à torrents.

……..


Laisser un commentaire