Vécu, quelques souvenirs de l’évacuation en 1940.

Nous avons pu disposer du récit d’exode écrit par Renée Gondry à propos d’elle-même et

Nous avons pu disposer du récit d’exode écrit par Renée Gondry à propos d’elle-même et de sa famille, récit qui lui tenait énormément à cœur en tant que relation toute simple, mais venue vraiment du tréfonds d’elle-même, de ces événements qui ont marqué quantité de Nivellois qu’elle côtoie encore aujourd’hui.

Vendredi 10 mai 1940, 5 h du matin : Nivelles est bombardée à hauteur de son champ d’aviation. Papa nous fait regarder les avions allemands qui survolent le faubourg de Namur.
C’est la guerre ! midi, 13 h, 14 h, 15 heures. Les chars français montent déjà la rue de Namur. Tous les Nivellois sont sur les trottoirs, avec fleurs, lilas, boissons, cigares.
Mon grand-père maternel, très francophile, distribue à qui mieux mieux des cigarillos aux soldats français.

Samedi : rien de spécial.

Dimanche : normal.

Lundi: on apprend que tous les jeunes gens à partir de 16 ans (je crois) et plus doivent se rendre mardi matin 14 mai à la gare du Nord pour y embarquer dans un train qui va peut être les diriger vers Toulouse. Avenue Albert et Elisabeth et environs de la gare du Nord, tout est noir de monde.

……..


Laisser un commentaire