Walther Bellotto

un manieur de mots insurpassable : Table des matières et extrait tiré du recueil  »

un manieur de mots insurpassable : Table des matières et extrait tiré du recueil  » le fichu de soie bleue  » : Le cousin d’Italie / Poèmes : Danse apertintaille – Grand’mère et Gueules Noires…..


Nous avons souligné il y a peu le retour en force du cercle poétique Pégase. Nous tenons à insister, par la même occasion, sur celui d’un collaborateur de toujours, le poète Walther BELLOTTO à la faveur d’une visite en nos bureaux liée à la présentation de sa chronique «Le cousin d’Italie», mais aussi à d’agréables retrouvailles, la poésie en première loge. Voici donc divers extraits d’oeuvres de l’écrivain, anciennes comme récentes, de façon à vous remettre en tête, et ce ne sera pas long, l’expression vive et sinueuse Walther Bellotto.

Tout d’abord, un extrait tiré du recueil « Le fichu de soie bleue » (Paris, 2004), un hommage très émouvant d’un fils à sa chère maman :

Le fichu de soie bleue
Je me souviens du banc sous les trois grands platanes
Nous regardions à nos pieds l’eau du fleuve
Comme le temps qui nous restait à vivre ensemble
Nous parlions si peu nous regardions la vallée
Sous l’œil vivace des hirondelles chantantes
Je me souviens de nos paroles toutes simples
Rapportant la merveille de notre voyage
Celui d’être venus fidèles pèlerins
Magnifier la fleur, l’oiseau et le temps qui passe
Je me souviens du banc sous les trois beaux platanes
Et du grand fleuve longeant l’église romane
Tout cela exhalait un air de connivence
Notre regard, notre prière et nos mains jointes
Le banc, l’eau du fleuve et le vol des hirondelles

…………..


Laisser un commentaire