1943 – 1945 S.T.O. en Allemagne – souvenir d’un témoin.

Auteur : JADIN Paul En juillet 1940, les principaux dirigeants du monde financier et industriel, sous

En juillet 1940, les principaux dirigeants du monde financier et industriel, sous la houlette d’Alexandre Galopin, gouverneur de la Société Générale, s’efforcent de relancer la production dans nos usines. Ce serait un moyen de payer les importations de nourriture venant d’Allemagne, les autres sources d’importation étant exclues à cause du blocus. En gardant la main-d’œuvre en Belgique, on éviterait aussi les déportations.
Avec les années, les exigences des Allemands deviendront de plus en plus lourdes pour l’économie : les compensations ne suivront pas et les mesures de coercition sur les travailleurs seront de plus en plus précises.
Au début de l’occupation, le nombre élevé de « sans emploi » (un demi million) fait l’affaire des Allemands qui recrutent sur base volontaire. Quelque 200 000 travailleurs iront soutenir l’industrie de guerre en Allemagne. Le 6 mars 1942, une ordonnance prévoit que les Belges peuvent être obligés de travailler sur le territoire national. Malgré les protestations des secrétaires généraux et de Galopin, les pressions allemandes sont de plus en plus fortes: l’ordonnance du 6 octobre 1942 instaure le S.T.O. le service du travail obligatoire en Allemagne. La mesure sera exécutée dans les Kommandaturen locales et les réquisitions débutent dès le 23 octobre.
L’occupant met fin à une série d’emplois plus ou moins fictifs, de fonctions que, selon les deutsche Normen (normes allemandes), il juge accessoires ou inutiles. « Les entreprises sont donc contraintes de licencier le personnel superflu. Rien que pour la SNCB, l’occupant exige le départ de 8 650 travailleurs. Les entreprises belges sont obligées de se séparer de 10% de leur
personnel. […] En février 1943, les autorités allemandes systématisent le travail en Allemagne via la levée de classes d’âges: tous les hommes nés entre 1922 et 1924 sont concernés.» !

AD. notre témoin, est né en 1920.
En 1940, il aurait dû être soldat. Mais étudiant universitaire, il était à cette époque sursitaire — situation qui lui valut d’accomplir son service militaire à son retour d’Allemagne en 1945! Comme certaines classes intermédiaires de 1940 à 1945.

……….


Laisser un commentaire