A la rencontre d’une artiste Nivelloise Arlette Lories nous décrit son parcours

J’habite à Nivelles depuis environ 35 ans, mais, je suis originaire de Braine-le-Château. Mon père travaillait aux forges de Clabecq. C’était aussi un trompettiste et c’est de lui que j’ai hérité le sens artistique. Mon premier chevalet, je l’ai reçu de mon père qui l’avait fabriqué de ses mains. L’attrait de l’art a toujours été pour moi fondamental. J’ai eu la chance de connaître Madame Falise, professeur formidable en histoire de l’Art à l’IPET de Nivelles ou j’ai fait mes études dans les années 60.
Toute ma vie je me souviendrai d’elle. Mon père et elle ont contribué à mon développement artistique.

Si j’en avais eu la possibilité, j’aurais entrepris des études artistiques, mais à cette époque, les enfants
écoutaient les parents. Ma maman qui voulait que je sois autonome dans la vie, m’a encouragée vivement à trouver un travail qui débouchait sur une carrière rentable. Ensuite une vie bien remplie avec mari et cinq enfants me font oublier mes envies de dessin, peinture. Trente ans plus tard je reprends des cours d’Arts plastiques à l’Ipam de Nivelles suivi par les cours de recherches graphiques et picturales, spécialité dessin et le cours complémentaire d’histoire de l’Art et analyse esthétique à l’école des Arts de Braine-l’Alleud. J’y suis diplômée en 2015. Plusieurs stages aussi, dont un à l’académie des Beaux-arts de Bruxelles.

……..


Laisser un commentaire