Août 1914 – Août 1915. [ Journal d’un » ambulancier » ] [ Jules Bellot ]

Jules Philippe Charles Édouard Ghislain BELLOT est né à Baisy-Thy en 1892. En aout 1914, il est mobilisé. Les extraits qui suivent sont tirés d’un petit carnet à couverture de moleskine noire. La précision des détails et des dates incline à penser que l’auteur s’est inspiré de notes prises au jour le jour ou qu’il a dû rédiger sa relation très peu de temps après les événements.

DEPART
Le mardi 4 aout, je quittais parents et village pour me rendre à Anvers, lieu de passage de tous les
brancardiers qui devaient recevoir leur nouvelle destination. Ce n’est pas sans un certain regret que je suis parti et combien de fois ne me suis-je pas fait cette réflexion : J’espère que mon retour au foyer ne se fera pas trop attendre.

A Bruxelles, l’enthousiasme que me provoqua la vue de ces volontaires amassés aux portes des casernes d’enrôlement ne put pas dissiper cette tristesse sombre produite par mon départ. Par sa gaité naive, Mr Bouffioulx de Genappe, volontaire pour la durée de la guerre, me fit oublier quelque peu le chagrin éprouvé par cette séparation forcée.

Il était 3 heures lorsque je me présentais à la croix rouge à Anvers. Un officier m’indiqua mon logement et me pria de me représenter le lendemain vers 7 heures. Une balade au port, une visite des principales curiosités de la ville en compagnie de René Deflorenne et de Emile Boucg, tous deux devenus dès le début de véritables copains, clêturèrent cette journée. […] le lendemain vers 7 heures, je me trouvais à la caserne et là, je rencontrai Oscar Dormal de Huy, Albert Loraux
de Marbaix et Francois Girboux qui était arrivé la veille dans la matinée à Anvers.

……..


Laisser un commentaire