Chansons d’hier …

Auteur : DEWANDELAER Yvan La chanson avait déjà beaucoup d’importance aux siècles passés. Les gramophones

La chanson avait déjà beaucoup d’importance aux siècles passés. Les gramophones étaient rares, les pick-up très coûteux, laradio encore embryonnaire, la télévision inexistante.
Bientôt les énormes postes à lampes crachoteraient une musique entrecoupée de parasites qui ne serait diffusée qu’à certaines heures. Ils étaient encore loin les transistors, les « walkmen » et les lecteurs lasers. Qui pouvait alors seulement imaginer les synthétiseurs, le MP 3 et les enregistrements digitaux copiés sur Internet ?

Pour entendre de la musique, il fallait aller au concert ou écouter quelque fanfare qui se produisait pour la moindre festivité.
Chaque commune avait son kiosque à musique. L’actuel jet d’eau du parc à fleurs de la Dodaine en était un.
Au Waux-hall on donnait des soirées musicales et des revues où le chant et la mélodie tenaient une grande place. Du clocher de la Collégiale partaient des concerts de carillon, Djan Djan était
aux premières loges pour écouter Léon Henry le carillonneur de Nivelles. Mais lors des soirées entre amis et des fêtes de famille, les chansons étaient la seule musique possible.
Chacun y allait de son couplet et les refrains étaient repris en chœur par les convives. Il y avait toujours un cousin qui savait pousser la goualante où une « matante » qui avait un joli filet de voix et qu’on invitait pour égayer la fête. Les plus riches s’accompagnaient au piano droit, d’autres au « piano à bretelles », à l’harmonica ou au banjo (la guitare ne viendra que plus tard). Il y avait tout un répertoire de chansons populaires et de circonstances en français comme en wallon.

……….


Laisser un commentaire