Chronique Anachronique : L’avenir de Nivelles est…. dans son passé.

Depuis bien longtemps, le développement des activités commerciales a posé problème à Nivelles comme dans la plupart des petites villes du pays. Déjà bien avant l’ouverture du Shopping les commerçants nivellois cherchaient par tous les moyens à attirer le client et à mettre leurs activités en évidence. Nous avons déjà effleuré ce sujet dans une Chronique anachronique précédente.

Franz Dewandelaer qui anima le journal L’Aclot depuis sa renaissance jusqu’à quelque temps avant sa mort, publia sur ce sujet en 1951, les deux articles dont nous reproduisons des fac-similés ici.

Le premier a pour sujet les ducasses de rues et est en fait une compilation d’articles rédigés par Stoisy, édités dans l’hebdomadaire L’ACLOT (ancêtre de l’actuel toutes boites que les frères Quinot et Franz Dewandelaer avaient fait renaître vers la fin de la guerre de 40). Stoisy n’est autre que Georges Willame, le fondateur de ce premier L’ACLOT, c’est un de ses pseudonymes (il signait aussi Gamin).

Le second article est entièrement rédigé par Dewandelaer et évoque ces « Foires aux étalages », en fait des concours du plus bel étalage, qui étaient fort en vogue à cette époque.
Comme le souligne son auteur, il y a des leçons à tirer du passé et sans doute des idées à exploiter à nouveau. De là sa formule, « L’avenir de Nivelles est… dans son passé ».

……..


Laisser un commentaire