Concours de Wallon

Auteur : DELIZEE Claude, CULLUS Pol et WILLAME  Georges Al matèrnité – Dèstindez ‘l tchandèle –

Auteur : DELIZEE Claude, CULLUS Pol et WILLAME  Georges

Al matèrnité – Dèstindez ‘l tchandèle – Du spite in bîje – Les Walons éyès les langues étrangères

Al matèrnité
(Enefauve dè no coumarâde Claude Delizée dè Cèrfontène)
In ome est là tout seû achî dsu in banc dins ‘! coulwêr dèl matèrnité. Vlà d’djà deûs eûres qu’ i ratind qu’ès feume acouche. Les infirmières dalont èyè vnont.
Pacoû, ène infirmière soûrte ave in ptit éfant dins ses bras, i s’èstampe râdmint, mins non, ça n’est ni° co pour li.
El docteür dwèt branmin avwêr des rüjes avè ‘s feume, azâr què c’est pou ça qu’o n’a ni° volu qui dmeure asto d’lèye pou
l’acouchmint.
…….

Les Walons èyè les langues étrangères.
(ène fauve què nosa raconté Pol Cullus à no scrène)
In Almand qui visite èl Waloniye s’arète djusse à costé d’deûs omes qui ratindont l’autobus.
– Entschuldigen Sie, bitte, sprechen Sie Deutsch ? qui dmande l’ome.
Nos deûs Wallons qui s’apèlont Tür èyè Pantchou ‘l ravisont tout bièsses sins ri » dire.
– Sorry, do you speak English ?
Les deûs coumarädes ‘n boudjont ni » d’ène orèye.
L’almand asprouve adon :
– Parlate Italiano?
Les deûs compéres continuwont à l’ raviser sins ri » dire èyè t’aussi moya qu’ des carpes
— Spreekt u misschien Nederlands ?

Dèstindez ‘l tchandèle
(Ëne fauve dè no coumarâde Claude Delizée dè Cèrfontène)
C’èsst’in curé qui va co bi » dins les vilatches èyusk’il a pacoû in curé qu’est fayeû ou bi » qu’a tcheû moûrt ; i va dire mèsse, fé les mariädjes èyè l’z intèrmints à leû place.
Vèl-là arivé à Moustieu èyè pou s’ fé counèête, i va s’ présinter à les djins. Al promière mézo,c’èsst’ène feume qui vi »t drouvi
l’uch.
— Bi » vlà, madame, djè vis fé counichance, èskè tout va bi » doûci à vo mézo ?
— Waye, mossieû ‘! curé, mins puskè vos stez là, il a tout l’minme ène sakè qu’ nos stons trècassés mi èyè ‘m n-ome, nos vlà d’djà dins l’ karantin.ne êyé nos n’avons jamé pon seû
avwè d’êfants.
— Vos avez bi’ tout asprouvé ?
……

Du spite in bije
In tout süvant ‘l canâl dè Chalèrwè,
Ëne payisante avè ‘s baudèt qui drâne
Padzoû ‘s kèrtche, piyane-à-piyane,
S’inrva viè ‘s mézo, lauvau,
Du costé d’Bournivau.
C’èsst’ ène feume qu’est d’djà bi » assez d’âdje,
Mins què vlez ? Dins n-in trau d’vilâdje
Ële a toudi dmeuré, da, ‘l djin,
Ça fét qu’èle èrchène ses parints.
(Si n’a qu’mi, sins rproche,
El bon Dieu les a d’djà dins ‘s poche)
Qui stine brâf’, mins bièsses à l’avnant.
Là qu’èle vwèt, aprochant d’Ronquières,
In bat, ç’astoût | vi Djan-Pière,
Qui m’toût du goudron su ‘s batia.
….

……….


Laisser un commentaire