Des Béguines à Nivelles

Extrait de la chronique de Nivelles 1804 Une fois encore, suite à la demande pressante

Extrait de la chronique de Nivelles 1804

Une fois encore, suite à la demande pressante d’une tête chercheuse [Soeur Claire Coutelier, monastère des Sœurs du Saint Cœur de Marie à La Hulpe], voici un aperçu assez complet de l’établissement des divers béguinages primitifs à Nivelles. Précisons que l’actuelle rue du Béguinage fait référence à un établissement créé au début du XVIIIe siècle. – (Pour rappel, orthographe de l’auteur respecté).

Avant de parler de l’établissement des béguines à Nivelles, l’auteur rapporte les différents sentiments sur leur origine.

Origine des Béguines

Les sentiments des écrivains, sur l’origine des filles dévotes, nommées béguines, sont partagés. Quelques écrivains ont avancé que leur nom était dérivé de celui d’un voile dont elle se couvrait la tête, nommé en latin becca. D’autres qu’elles le tiraient d’un prêtre liégeois nommé Lambert le bègue ou le begge, qui fonda en 1179 ou environ, un béguinage en la ville de Liége : mais il ne faut point une longue dissertation pour démontrer la fausseté de cette assertion. Il pourrait être vrai que le béguinage de Liége, que Foppens regarde pour le plus ancien des Pays-Bas, aurait fourni des colonies de ces religieuses, qui se seraient répandues dans d’autres villes du pays. On trouve à la vérité que les fondations des béguinages de Louvain, Bruxelles, Malines, Anvers & c.. sont postérieures a celui de Liège, car suivant la description historique du Brabant, le béguinage d’Anvers fut fondé l’an 1240. Celui de Bruxelles l’an 1230. Celui de Malines l’an 1207, et celui de Louvain l’an 1205 ou environ. Mais il est certain que le nom de béguine était connu et usité longtemps avant Lambert le bègue.

……….


Laisser un commentaire