» Djan, èl vârlèt du bastârd. « 

Nous voudrions que les heureux lecteurs qui comprennent encore le “parler wallon” lisent ce poème à haute voix devant leurs petits-enfants. Voilà plus d’un siècle, cet idiome était le moyen d’expression orale d’une communauté dont la plupart des membres ne savaient pas lire, d’ou la rareté des documents écrits. C’était un langage populaire. Est-ce une raison pour refuser d’en ignorer les richesses ? A une époque on les médias, notamment la publicité, mondialisent les slogans franglais, il est parfois réconfortant de goûter aux bons mots de terroir, sans faire la fine bouche comme si on avait honte d’avouer d’où l’on vient.

Le poème de Madame Marie-Louise LEDRUT-CHOISEZ que nous vous présentons n’est pas
seulement un document ethnographique du monde rural d’avant-guerre mais un petit chef d’oeuvre de musicalité où les notes sont des mots du cru, de rudes onomatopées empruntées aux hurlements du vent, aux grincements des outils, aux mille bruits insidieux qui traversent les murs de nos demeures et gardent l’esprit en éveil ; des vocables qui claquent et qui croquent (rlache, flaches, crape…), qui grondent (broûs, margougne, mambourne…), qui hurlent (tchawe, gnawe, flaye…), qui bruissent (nûtéye, caboulèye, stîèrniyes…) ou qui caressent l’oreille (bèzouyî, djumît, rassonréyes …)

……..

Au boûrd d’èl nût” d’uviêr, sins rlache, èl pieufe latoût,
Yèt dins ‘] cinse du Bastârd, on potchoût dins lès broûs.

On-intind lès turbines qui tchantont dins `l létrîye ;
Au staule d’èl cinse du tiène, toutes lès vatches sont stièrnîyes,
Elle ont leû strin, leûs pules, leû fourâdje, leû tourtia ;
I n’èst ni co cik” eûres èyèt ʼl nût” èst d’dja là.

……..


Laisser un commentaire