Hiver rigoureux de 1776 et Le Calendrier républicain

Extrait de la chronique de Nivelles 1804 Il m’est venu à l’idée – pour conjurer

Extrait de la chronique de Nivelles 1804

Il m’est venu à l’idée – pour conjurer le sort enneigé qui est le nôtre – de ressusciter deux autres extraits de la chronique de Trico.
Le premier à propos d’un hiver particulièrement rigoureux, celui de 1776. Comme quoi, par ces temps de réchauffement planétaire, il est bon de savoir d’où nous venons. !!!
Le second, à propos de l’usage devenu obligatoire du calendrier républicain.
Le choix des extraits et des illustrations a été réalisé par Georges LECOCQ, documentaliste au Musée communal.
(L’orthographe est celle de l’auteur, soit celle employée vers 1800).

Froid rigoureux.
Le froid de l’hiver de l’année 1776 a été le plus grand de ce siècle ; et si on n’en a pas parlé autant que de ceux des années 1709 et 1740, c’est que les grains, etant couverts de neige, ont mieux résisté a sa rigueur, et que la cherté n’en est pas ensuivie; au lieu que dans les années 1709 et 1740, la gelée, ayant succédé immédiatement a la pluie, avoit fait périr Pen les bleds.

……….


Laisser un commentaire