Il y a cent ans mourait Félicien Rops…Qui se souvient encore de son gendre ?

Auteur : LEFEBVRE-DAIX Georges et LECOCQ Georges

Un personnage pittoresque.
Trop peu de gens connaissent le nom et l’oeuvre de ce garçon jovial : romancier, dessinateur, critique d’art, avocat (Plaida-t-il beaucoup ? Fût-il juge de paix ?) très populaire … dans les
cafés du Bas-de-la-ville de Bruxelles.

Né à Molenbeek-Saint-Jean en 1862 dans une famille de négociants aisés, Eugéne Demolder, comme son collêgue Emile Verhaeren (1855-1916), se passionne très tôt pour la peinture. Il débute en littérature par la critique d’art, des articles publiés, entre autres, dans La Jeune Belgique.
Signalons ses Impressions d’Art où il s’efforce, en quelques plaquettes, d’établir une synthèse entre les oeuvres de Constantin Meunier (1831-1905), Félicien Rops (1833-1898) et James Ensor (1860-1949).

Ce dernier lui doit beaucoup. C’est l’ami Eugéne qui organisera, en 1894 4 Bruxelles, la première exposition personnelle : “James Ensor”, peintures inclues, dans les installations de … Demolder père, 6, rue Montagne-aux-Herbes-potagères.
……..

Charles Baudelaire, Félicien Rops et la Belgique
Situons d’emblée : le recueil des Fleurs du Mal, mûri depuis tant d’années, parait enfin en 1857.
Charles Baudelaire est aussitôt condamné en correctionnelle pour immoralité. Il s’empresse de
remplacer les six poèmes incriminés et publie une seconde édition, enrichie de 35 pièces nouvelles (1861).
Miné par la maladie, abusant de l’opium et du haschich, il est contraint de produire une activité
fiévreuse, de quoi alléger les dettes qui l’écrasent.
En 1864, Baudelaire a 43 ans. Malade et endetté, il s’exile en Belgique et espère “se refaire” grâce à
une fructueuse tournée de conférences. Mais il végète à Bruxelles, s’obstinant à écrire quelques
“Poèmes en Prose”, n’étant résolu à rentrer en France gue “glorieusement” !!

……..


Laisser un commentaire