La pharmacie médiévale : entre remèdes de bonne femme et potions magiques ?

Auteur : LECOCQ Georges INTRODUCTIONAu hasard des activités mises sur pied par la SAN (Société royale

INTRODUCTION
Au hasard des activités mises sur pied par la SAN (Société royale Archéologie Histoire Nivelles), nous avons pu pénétrer dans l’univers assez dérangeant de l’hôpital-hospice de Lessines après avoir rendu visite à l’Hospice Comtesse de Lille ainsi qu’au Musée de la Vie Wallonne à Liège, où tous les aspects des soins de santé étaient soulignés avec plus ou moins de bonheur (!),
mais certainement aussi avec beaucoup de franchise.

Car la santé, c’est le moteur de la vie de chacun, et Dieu (ou un autre) sait qu’elle devient notre principale préoccupation une fois la cinquantaine largement dépassée. Personne ne me démentira sur ce point je suppose, mais en était-il de même au Moyen Âge ?
Il est vrai que la fatalité occupait, dans les esprits, une place nettement plus grande à l’époque, et si on y ajoute le très peu de connaissances en matière médicale comme en matière pharmaceutique, manquements qui étaient l’exact reflet d’une réalité souvent atroce — pensez aux épidémies — devant laquelle nos ancêtres n’ont pu que s’incliner.…..

……….


Laisser un commentaire