Le curé Smars, prototype du curé » bon à tout faire » ?

Auteur : LECOCQ Georges Etonnement de ma part lors de la relecture de documents concernant le

Etonnement de ma part lors de la relecture de documents concernant le village de Bornival,
composante de l’entité de Nivelles depuis le 1er janvier 1977, date d’exécution de la loi sur la fusion des communes. De fait, au-delà de sa fonction de pasteur des âmes du très ancien village de Pourbais, le curé du lieu, Louis SMARS, a eu l’idée — bonne ?— de verser dans la thaumaturgie sinon dans une certaine forme d’exorcisme, question, peut-être, de garder une certaine influence sur ses ouailles, ou alors par goût personnel ? C’est ce que nous allons
voir.

INTRODUCTION
Elle se veut rappel de diverses contributions écrites formulées par un personnage haut en couleur. Ce chrétien on ne peut plus convaincu, et encore cité comme référence à propos de
la connaissance de l’histoire de la collégiale Sainte-Gertrude de Nivelles, vous devez l’avoir reconnu, il s’agit de Joseph GAUZE. Hélas ! Il a disparu inopinément, en 1996, alors que nous mettions, ensemble, à raison de deux heures par jour, l’avant-dernière main à une nouvelle édition, corrigée et diablement (!) augmentée, de son recueil sur l’histoire de Nivelles.

Voici, dans un premier temps, ce qu’il disait à propos de la chapelle, bien connue des promeneurs et des cavaliers, qui surgissait au bout de la descente du sentier venant de la rue
du Centre. Une fois parvenu au débouché sur le chemin Hiernoulet, compagnon de toujours d’une Thines remuante à souhait, l’on découvre, à droite, une chapelle à chambre ravissante, dont l’histoire vaut le détour. Mais pour en prendre connaissance, laissons donc la parole à Joseph Gauze en personne, par le biais de l’article à ce propos paru dans la revue « Brabant » (n°6 / 1969, pp.14 & 15 : illustré).

……..


Laisser un commentaire