Le Marché de Nivelles.

Pour les historiens des villes, l’évolution des marchés va de pair avec l’évolution économique et politique urbaine. Le titre de “ville” éclot à l’orée d’un marché permanent qui affaiblira définitivement le principal labeur coutumier de l’agriculture au prorata d’une agglomération plus commerciale et industrielle.
Le facteur essentiel à l’élaboration d’un marché est sans conteste une éclosion urbaine qui tient lieu de racines aux agglomérations marchandes.

Historique du marché de Nivelles
Au milieu du VIIème siècle, la veuve de Pépin le Vieux, Itte de Landen, fit construire à la place du monastère nivellois, en plein centre de la “ville”, une abbaye mérovingienne et en confia le gouvernement à leur fille Gertrude. L’abbaye devint très vite un centre d’attraction économique.
Vers 870-879, le marché nivellois avait pris de telles proportions qu’il en arriva à dépasser les frontières de l’économie locale et son activité et il s’élargit aux régions avoisinantes et plus lointaines. De nouveaux produits arrivèrent tous azimuts et les échanges se multiplièrent ce qui amplifia la réputation du marché nivellois. Tant et si bien que des relations commerciales furent établies entre l’Angleterre et Nivelles qui fit importer de Londres de l »étain pour développer l’industrie de la batterie.

……..


Laisser un commentaire