Le Tour Sainte Djèdru, un nouveau miracle ?

Le 18 octobre 1947, Franz Dewandelaer publiait dans la presse nivelloise, cet article dans lequel il exprimait son désir de redynamiser l’activité commerciale à Nivelles au lendemain de la guerre. Soixante ans plus tard, on peut se demander si « le miracle » ne s’est pas fait attendre. Ou plus exactement si tout a été bien fait pour qu’il ait lieu ? Ne serait-il pas temps d’y songer
activement ?
A l’heure où paraîtront ces lignes, la procession religieuse et folklorique que les Aclots appellent « Tour Sainte Gertrude », chenillera lentement à travers champs et vergers. Le pointillé
tracé sur le sol brabançon par des centaines de pieds glèbeux marquera éphémèrement, autour du clocher de Sainte Gertrude, les frontières de Nivelles, capitale du Roman Païs de Brabant.

Sainte Gertrude, en son char à hautes roues attelé de six puissants brabançons en flèche, fera – suivant le mot du poète – son « tour du proprio », par monts et vaux, chemins creux, talus et labourés. Et des centaines de pèlerins. ou de curieux « feront le Tour »

Pourquoi pas des milliers ? J’ai, moi aussi, très souvent« fait le tour ». Non pas « plus de cent fois », ainsi que l’affirme imperturbablement certain aclot que je connais, mais assez de fois cependant pour avoir pu faire, en même temps, le tour de mes idées.
J’ai plus rarement il est vrai – assisté à la Rentrée Solennelle.
C’est alors que le « Tour », bien décrotté, astiqué, fourbi.. et fourbu, descend lentement, superbement, ce brave Faubourg de Mons qui vit passer un jour Jean de Nivelles.

……….


Laisser un commentaire