Le Tribunal de Nivelles dans la Tourmente de la Guerre 40-45.

A la mémoire de M. le Procureur du Roi Paul Delcorde

En mai 1940, le centre de la ville de Nivelles était un champ de ruines. L’ossature en fer de la tour de la collégiale pendait lamentablement. L’hôtel de ville et le cloître avaient brûlé. Le Palais de Justice et la cure voisine étaient intacts ainsi que le quartier adossé à l’arrière du Palais.
Les magistrats du tribunal avaient disparus, mobilisés ou réfugiés, sauf le vice-président Evrard. Le juge Maurice Dubois, prisonnier de guerre, vite relâché, fut le premier à réintégrer le Palais. Dès le 29 mai 1940, le président René Goffin était suspendu de ses fonctions comme “fuyard » de même que le Procureur du Roi Charles Winckelmans.
Le baron Adrien Vandenbrande de Reeth, avocat général, fut délégué pour diriger le parquet nivellois. Une activité réduite reprit avec l’aide d’avocats comme juges suppléants et un juge bruxellois en renfort.
Quand le président René Goffin rentra d’exil, il trouva son hôtel, rue Sainte-Anne, occupé par l’armée allemande et dut attendre, pour reprendre ses fonctions, le bon plaisir du secrétaire de la Justice, gagné à l’ordre nouveau.
Après quelques semaines, les deux chefs de corps purent réintégrer leurs fonctions, mais cette suspension ridicule créa une ambiance détestable, d’autant plus que le Procureur était un volontaire et invalide de guerre 14-18 et se révélera un grand patriote. II ne revint aux affaires judiciaires qu’en mars 1941.


……..


Laisser un commentaire