Les Ateliers Métallurgiques [ La Métal ‘ ] – La Brugeoise & Nivelles, Bombardier… Partie I : des origines à 1914 environ.

Auteur : VERNUF-TILMAN  Eliane et LECOCQ Georges 

Numéro spécial consacré aux Ateliers Métallurgiques
Partie I : des origines à 1914 environ.
La partie 2 est parue sous le Rif tout dju n° 477 d’avril 2009
La partie 3 (dernière partie) est parue sous le Rif tout dju n°479 de mai-juin 2009

Préambule
Loin de moi l’idée de vouloir tout vous faire connaître de ce sujet éminemment nivellois. Le récit que vous allez découvrir est certainement criblé de lacunes plus ou moins importantes, bien involontaires soyez-en assurés, et je voudrais dès maintenant m’en excuser. D’autant plus que, vu la surabondance des documents et photographies, et leur intérêt surtout, nous avons dû nous résoudre à publier l’article en deux fois, le second fascicule étant prévu pour la fin février 2009, juré promis.
Priorité à l’implantation nivelloise, qui est le site principal en fait. Soyons donc fiers de notre cité, celle des Aclots, dont le rayonnement dans le monde, en dehors de l’extension du culte de sainte Gertrude, est précisément dû à la politique d’exportation de ce que les Nivellois appellent toujours «La Métal».
C’est d’ailleurs les trois sigles ci-dessous que vous devriez rencontrer tout au long de la documentation se rapportant aux Ateliers Métallurgiques

………..

COURT HISTORIQUE INTRODUCTIF
Autant annoncer la couleur tout de go l’humour, malgré tous nos efforts pour nous en passer ou presque, sera de la partie, et c’est d’autant mieux ainsi. À vous d’apprécier… ou non !
Que le premier mécontent qui veuille s’en plaindre nous jette le premier… boulon !!
Voici donc, en guise de départ en fanfare, un raccourci audacieux, en quatre images, mettant en évidence l’impatience grandissante de l’être humain à vouloir se déplacer vite et loin au fil des millénaires. Cette quête du saint Rail (!) fut une vraie saga, et les Ateliers Métallurgiques en ont écrit une partie, si petite soit-elle mais Ô combien importante, ce qui est tout à l’honneur de celles et de ceux qui confièrent à la Métal’, qui leurs forces physiques, et qui leurs idées de progrès : ……

……….


Laisser un commentaire