Les pèlerins de la rue de Mons. [Djan Djan]

Sur une pochette de disque de farandoles wallonnes, on peut lire à propos de notre Jean de Nivelles : Jean de Nivelles est l’appellation communément donnée au jaquemart de la collégiale Sainte-Gertrude, seul monument de l’espèce en Belgique.
Dês son installation, il attira l’attention bienveillante de la population mais aussi la facétie de la satire. Par le canal de guelgues trouvères, vivant à la fastueuse cour de Bourgogne, française d’origine et de ton, ce personnage, vu de loin, devint ridicule. Jugé par esprit parisien, plein de dédain pour le provincial, il devint rapidement et partout le type du lanterneau, encombré de vétilles, également bruyant et fallacieux.
II se créa en France et en Belgique un nombre considérable de pastiches de ce type. Cadet Rousselle, par exemple, obtint la plus grande vogue, grace aux soldats auxerrois de l’armée du Nord.
La chanson de “D’ Jean d’Nivelles” aurait été composée a l’occasion des fêtes populaires de 1827 ou un facétieux compère, Brande, appartenant à une ancienne et honorable famille de Nivelles, se travestit en pèlerin ou autres accoutrements, suivi de tous les habitants de la vieille et populaire rue de Mons.

……..


Laisser un commentaire