Mëchnâdje 546

Avè Michel Pourtois èyè co d’z autes scrîjeûs Mèchnâdje : traduction de glanage, action de

Avè Michel Pourtois èyè co d’z autes scrîjeûs

Avè Michel Pourtois èyè co d’z autes scrîjeûs


Mèchnâdje : traduction de glanage, action de glaner : rassembler, recueillir, ramasser : les glaneurs sur les champs.

Marcel èyè Baron

In djoû qu’ès feume bèrdèloût co come jamé, Marcèl dèskind sk’à l’èstaule dè tchfau pou cachî après ’ne miyète dè trankilité dèlé Baron du Tiyeû (c’est ’s ronçu prèfèré, mèdaye d’oûr au concoûrs nacionâl).
C’est vré qu’Jèrmin.ne – ès feume – n’a jamé arèté dè li pèler ’l vinte dèspû ’l promî djoû d’leû mariâdje. Quand ça n’astoût nin des brèyâdjes, ç’astoût des rproches : quand èle n’avoût nin mau, èle avoût scau ! L’aute coû, il avoût bin pinsé qu’èle avoût les colipes frénétikes!
L’ome avoût toudi prins pacyince, mins, là, asteûr, i d’avoût ’s soû dè ses tréréyes : èle l’avoût fét soûrti woûr d’ès pia pou du boun… Baron,  li au mwins …
Bon, Marcèl astoût in trin d’l’èstriyî avè branmin d’prév´nances quand …
Waye ! C’est ça, tout djusse : Jèrmin.ne èsst´ arivéye, pou co in coû l’èrlancî ! Cré vint dieus ! ’S coûp-ci, èle avoût ’ne miyète trop kèrtchî ’l mulèt… Woûr dè ses nêrs, Marcel apice èl ronsu pa les pârtîyes èyè satche in boun coup dsu !
…Oûyiouyouiye, ça, ça fét mau ! Èle bièsse a ruwé, maleûreû !
Jèrmin.ne s’a rtrouvéye plakéye conte èl mur´ du fond : tuwéye nèt´, èm fi.
Pindant tout ’l vèyâdje au funèrariyom, Bènwèt yè Tibaut – des vijins – barbotine pou n’ridîre, À in moumint, il a Bènwèt qui dit à Tibaut :É ! Avez rmarkîz ètou, à chake coup qu’ène coumére présinte ses condolèyances à Marcèl, i tint ’s mangn’ èyè fét signe què  « waye » avè ’s tièsse, par conte, quand c’èsst-in ome, i fét signe què « non », drole, èn´do ?
Al fin du vèyâdje, adon qu’is n’sont pus qu’à twès-kate, Bènwèt dèmande :Povez nos splikî, Marcèl, poukè-ce què c’est qu’vos fzez « waye » à les couméres qui vos présintinont leûs condolèyances, èyè  « non » quand c’èsst-in ome ?
Ascoutez, disst-i Marcel, c’est tout simpe ! Les feumes, léyes, m’ont dmandé à chake coûp si Jèrmin.ne astoût vrémint moûrte sul coûp, sins soufri èt tout ça : « Bin waye » què dj’rèspondoûs.
Les omes, yeûsss, mè dmandine «Vo tchfau n’sâroût tékfwè nin à vinde ? « Non-fét !» què dj’rèspond adon.

……….


Laisser un commentaire