Une « Pourtoisie » comme on en redemande

UNE « POURTOISIE» comme on en redemande : C’est l’(vréye ?) istwêre d’ène frumüje yè

UNE « POURTOISIE» comme on en redemande :

C’est l’(vréye ?) istwêre d’ène frumüje yè d’in coq d’awouss’

Dè toute èl campagne, èl pêtite frumüje avoût bouté d’asto à rlik-êt-daye pou rintrer dèl nouritur’ plin ‘l grègne dè ‘s frumuljière : c’ est qu’ èle avoût dins l’idéye dè passer tout ‘s n-uviér bi” trankiye. Ele n’ avoût jamé seû profiter du soley dè l’ èsté, d’ses bèlès doûcès swèréyes néri”. Roubliyiz ètou les calaudâdjes intrè vijins à vijines rachnés dvant ‘ne boune jate au dbout d’ène djoùrnéye fin scrandichante. Toudi prèsséye dè fé ses amunicions. Jamé in djoû d’fièsse. Pon d’ bistokâdje, pon d’ diminse. Ri° qu’ des amdjoûs à ralondje.… Su ‘s timps-là, èl coq d’awouss’, li, ‘l barlaureû pèteü d’guinses, nos fzoût ribote su ribouldingue dins tous les cabarèts du coron, Avè tous ses cousses, i vo min.noût la viye sins pièrde ène munute,sins brichauder ‘ne sègonde, à tchanter, à danser, fèzant des courbètes, cachant à plére, sins s’ trècasser ‘| mwinse du monde dèl monvéche sézo qui dvroût bi” ariver in bia djoû : « Bâwit’, carabistouyes tout ça » dzoût-i.


……..


Laisser un commentaire