Achille Heuchamps résistant humaniste et communiste

Avant-propos: Il est nécessaire de préciser ce qui va suivre en tant qu’introduction à notre

Avant-propos:

Il est nécessaire de préciser ce qui va suivre en tant qu’introduction à notre propos :
Durant la seconde guerre mondiale, de nombreuses cellules de l’internationale communiste des pays occupés par l’Allemagne nazie, prirent une part très active à la lutte contre celle-ci, tant dans le domaine d’actions de résistance armée (FTP) que dans celui du « renseignement » avec entre autres, des réseaux tels que l’orchestre rouge, avec à sa tête Léopold Trepper, qui était basé à Bruxelles et ensuite à Paris, ainsi que le réseau de Sandor Rado, celui-ci étant basé en Suisse.
Les membres des FTP et autres cellules du parti luttèrent énergiquement contre l’occupant pour la liberté de la Belgique et aidèrent activement les troupes alliées à la libération de notre nation, de Bruxelles ainsi que du port d’Anvers et à la protection de celui-ci.
Malheureusement, dans l’immédiat après-guerre, les vieux combattants de l’ombre furent souvent considérés comme des ennemis potentiels (guerre froide oblige), même certains furent suspectés de faire partie de nouveaux réseaux pro-communistes….


Il fallut attendre la chute du mur de Berlin (10 novembre 1989), la réunification de l’Allemagne (03 octobre 1990), la fin de la « première guerre froide », la fin de l’Union Soviétique et de toutes les opérations en cours en décembre 1991, pour que tous ces « combattants » ne soient plus des patriotes de seconde zone.
À une époque, pas si lointaine, le fait d’avoir un passé de FTP, pouvait provoquer un certaine méfiance…

(propos recueillis par Jean-Claude Liénard )

…………..


Laisser un commentaire