Boukèt tout fét

C’est quand on est bin lon qu’on èrgrète ès payi, C’est quand on l ́l’a

C’est quand on est bin lon qu’on èrgrète ès payi, C’est quand on l ́l’a pièrdu qu’o sét çu qu’c’est d’ène mère, C’est quand on nè l’vwèt pus qu’on vwèt voltî ’ne coumère, 4 Nivèle, come djè sûs lon pou vos vîr si voltî…

C’est quand on est bien loin qu’on regrette son pays, C’est quand on l’a perdue qu’on sait ce que c’est qu’une mère, C’est quand on ne la voit plus qu’on aime sa chérie, Nivelles, comme je suis loin pour vous aimer autant…

Come au mitan des bos d’sûs pièrdu, rin n’m’èrlèfe, Les rûwes èm fèzont peû, les mézos m’èspotchont, Dèdins l’ètang des djins djè sûs mwinss qu’in ratchon, 8 Djè sûs l’èspite dè pieufe dins in tacha qui crèfe…

Comme perdu au milieu des bois, rien ne me donne du courage, Les rues me font peur, les maisons m’écrasent, Dans l’étang de la foule, je suis moins qu’un crachat, Je suis la gouttelette dans un nuage qui crève…

……..


Laisser un commentaire