El machine à scrire

« Bon, y’in coû pou toutes, o n’boudje pus à ça, compris les éfants ?!

« Bon, y’in coû pou toutes, o n’boudje pus à ça, compris les éfants ?!
C’est tout des afères à mossieu’ Benoit! »

D’in jèsse come kwè i n’avoût ri” à crinki, moman avoût rsèré à clé l’uch’ du boneür-du-joûr dè mèriji.
Mins qui c’què ça povoût bi” yèsse ès Benoit-là ? Ële nè d’à pârloût jamé, y’èm papa néri”.
Mistère.

Ça fzoût des anéyes qu’aveu ‘m pètite sieûr dj daloûs fouchner dins ‘s n-armwère-là, dins ‘l fond dèl pètite tchambe d’in-waut.
Tout ça in muchète des parints, bi” seûr.
Il avoût là d’dins des papîs dins des invlopes, des fotos d’famiye, des lètes, des lîfes, des lokes ètou, yè minme, si djè ‘m souvi” co bi”, ène djaune pupe dins ‘ne nwére casse : pou tout dire, djusse ène masse dè randifès qui sintine èl rinfrumé. I n’avoût là ri” d’consècant si n’avoût yeû ‘l drole dè micanike : toute nwére, lüjante, si pèsante què nos dvine nos mète à deûs pou’! boudji, câréye, avè ne masse dè touches sul dèvant què d’m’amüsoüs à fé clitchi yè qui s’coumline toudi… waye, ène machine à scrîre Rèmington, no trézôr dè guére sècrèt à mi y’à m djoûne sieûr.

…………..


Laisser un commentaire